Position de KEWLOX au sujet du formaldéhyde.

Le formaldéhyde est un gaz incolore résultant de la combustion. Il est présent de manière naturelle dans pratiquement tout organisme vivant, et joue un rôle essentiel dans le métabolisme des plantes et des produits alimentaires.

Rappelons qu’à l’état naturel, de nombreux produits alimentaires contiennent du formaldéhyde, comme les oignons blancs (jusque 1,3mg/100G), les poires (jusque 6,0mg/100G), les fruits de mer (jusque 10,0mg/100G), ou encore la poitrine fumée (jusque 26,7mg/100G).

Toute combustion produit du formaldéhyde, y compris la fumée de cigarettes, les poêles à bois et à pellets, les bougies de Noël, ou les bâtons d’encens.

Le bois massif, naturel, non traité contient de 0,6 à 1,0 mg/100g de formaldéhyde.

Le formaldéhyde se retrouve aussi, et en dose parfois importante dans une foule de choses et de produits qui nous entourent, comme les colles, peintures, vernis, cosmétiques, produits de nettoyage et désinfectants, mais également les textiles, les vêtements, ou encore… les lingettes pour bébés.

Or le principe de Paracelse dit que : rien n’est poison, tout est poison. C’est le fait d’inhaler de trop fortes doses de formaldéhyde pendant un trop long temps qui crée le danger, comme l’irritation des muqueuses, l’asthme, ou même le cancer du rhino-pharynx.

Afin de garantir la qualité de l’air, l’Organisation Mondiale de la Santé recommande de ne pas dépasser 0,12 µg/m³ de formaldéhyde pendant 30 minutes, et 0,012 µg/m³ lors d’hypersensibilité respiratoire.

Or, il faut savoir que l’étude menée en France de 2003 à 2005 par l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur, a montré que la concentration en formaldéhyde dans les logements varie de 1,3 à 86,3 µg/m³, et de 3 à 60 µg/m³ dans les écoles, les crèches et les bureaux, soit jusque plusieurs milliers de fois la concentration admise.

La norme harmonisée EN 13986 Annexe B précise que les panneaux répondant à la classification E1 (moins de 8 mg/100g) peuvent être utilisés sans entraîner une concentration de formaldéhyde dans l’air supérieure à 0,1 ppm, valeur conseillée par l’OMS.

Le marquage E1 correspond aux panneaux utilisés par KEWLOX.

Il est également important de noter que depuis l’apparition de la directive allemande de juin 1994, l’amélioration des procédés de fabrication des panneaux de bois a considérablement réduit le taux d’émission de formaldéhyde.

Pour être complets, ajoutons que des alternatives existent et sont à l’étude, comme les liants PMDI (polymère de Di-isocyanate de diphenyl méthane), mais dont l’usage est particulièrement dangereux pour la sécurité et la santé du personnel de production, et sont donc sujet à de nombreuses discussions.

Il faut aussi rester conscient que quelque soit la solution future, le panneau à base de bois dégagera toujours du formaldéhyde, puisque le bois naturel en dégage lui-même !

Grâce à sa structure en bois massif et en acier permettant l’usage de panneaux minces de 6 et 3 mm, un meuble Kewlox dégage de 4 à 6 fois moins de formaldéhyde qu’un meuble de commerce classique en aggloméré de 18 mm. Un meuble KEWLOX PREMIUM (alu, inox, acrylique) avec plateaux en verre ne dégage pas de formaldéhyde.

Il faut encore savoir que le formaldéhyde provient du dégazage du bois et des panneaux, et que sa concentration diminue avec le temps. Il est donc important de laisser s’aérer un meuble neuf.

Mais même le formaldéhyde a ses ennemis naturels : le chlorophytum, agréable plante d’intérieur résistante et facile à cultiver, est capable de supprimer 86% du formaldéhyde et 96% du monoxyde de carbone de l’air en 24 heures !

Et si vous venez de repeindre votre maison ou de vernir vos meubles, sachez que le chrysanthème engloutit le trichloréthylène, que le philodendron neutralise le pentachlorophénol, et que le lierre se régale de benzène…

chlorophytum